Poussons les murs et les horizons et rayons les étiquettes, Woodini n en a que faire. Enfant du HipHop nourri aux samples en tous genres, il nous livre ici un disque au format court, six titres frais comme une paire de Dunk «Curry».

Sur les traces d un Flying Lotus ou d un SBTRKT, Woodini peroit la musique comme des sables mouvants où l immobilisme devance la mort artistique.

De «Purple Lady», premier extrait aux accents de HipHop électronifié à«WetWall» et ses voix syncopées àla «Mount Kimbie», Woodini expérimente, revèt les immeubles d écorces et transforme les cables en racines.

Nous voici plongé dans un bain de couleurs qui ouvre la voie àun premier album àparaître printemps 2012. Pour patienter, le mini album sortira lui àla fin du mois.